15/12/2004

Les rues assassines

Sur le pavé des rues assassines

D’anciennes courtisanes dessinent

Du bout de leurs courtes bottines

De pâles silhouettes anonymes

 

Des hommes en habits de soirée

Des femmes en capelines moirées

Dansent sur le toit des berlines

Et glissent sur l’hémoglobine

 

Les chevaux meurent sous les cravaches

Les bouchers les dépècent à la hache

Les enfants de la nuit apparaissent

Et psalmodient leur dernière messe

 

Des duchesses s’écroulent dans les tavernes

Maquillées comme les filles de grands cernes

Et soupirent dans les bras des marins

Qui les violentent à grands coups de reins

 

Sur le pavé des rues assassines

Les chandelles des jeunes nonnes illuminent

Fausses perles et diamants répandus

Tombés des corps qu’elles ont pendus


16:57 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

on s'y croit! superbe ambiance
beau texte
j'adore!

Écrit par : crassipan2 | 15/12/2004

Les commentaires sont fermés.