09/12/2004

Au large ...

Toujours faire ce voyage,

 

Partir au bout de l’océan,

 

Retrouver ton image.

 

Effacer le temps…

 

 

Vouloir oublier ton visage,

 

Et te revoir à cet instant,

 

Debout, les yeux au large,

 

Les cheveux au vent.

 

Dans le fracas des vagues,

 

Entendre encore ta voix,

 

mélopée libre et sauvage,

 

enivrante jusqu’à l’émoi.

 

Comme un cri qui déchire,

 

Un serment murmuré.

 

Souvenir… souffrir, mourir…

 

Ou vivre et fuir la réalité.

 

Toi, l’effrontée au goût salé,

 

Loin, au large tu es partie,

 

Je n’ai pas su te capturer,

 

Soleil brûlant de mes nuits,

 

Moi, bois flotté sur la plage,

 

Blanchi d’avoir trop navigué,

 

Emporté dans ce naufrage,

 

Et sur le rivage, échoué…

 

Foutus, perdus, mes mots,

 

Papier, pas pieds…

 

Jetés, mes mots si beaux,

 

Noyés dans la marée.

 

Partir loin, sans me retourner,

 

Sous les embruns, la pluie,

 

Avancer vers toi, espérer,

 

Jusqu’au bout de ma nuit.

 

Aujourd’hui, mon seul désir,

Mon unique pensée,

 

Un jour pouvoir t’écrire,

 

Oser te dire …

 

A la lumière de ton regard,

 

A la chaleur de ton sourire,

 

Au soleil de tes vingt ans,

 

J’ai rattrapé le temps…

 

J’existe…

 


12:54 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.