01/12/2004

Qu'il est bon d'envoyer un tendre et cher poèmeEn vers fort

Qu'il est bon d'envoyer un tendre et cher poème

En vers forts et meurtris des malheureux amours,

Ou douce poésie du plaisir qui parsème

D'érotisme posé ses syllabes velours ;

Et de la distinction, les malheurs, la violence,

Ou l'allégresse d'un humour à fleur de peau.

Quand l'humeur d'un azur se revêt de clémence,

Ou le vent de la peine agite le drapeau

Des âmes étoilées, l'écriture aide à vivre !

Il dépose des mots au monde virtuel,

Le poète amateur. Son esprit s'y délivre.

On le croit invisible, il est pourtant réel.

Il vit et tremble, il aime exprimer en complaintes,

En des mètres choisis, ce qu'il vit en secret,

L'universel dans ses scrutations, ses empreintes…

D'un regard singulier implacable ou discret.

Il a la volonté de toujours pouvoir être

Prêt à donner de son meilleur au choix des gens.

Son rêve serait bien d'arriver à commettre

Un poème parfait prenant tous ses talents !

Il ne sait point vraiment s'il va les satisfaire

Son tout dernier sujet au moment de l'appui

Sur la souris à gauche et il se désespère

De le voir incompris, à tout jamais enfoui

Au sous-sol du forum des chères poésies,

Lorsqu'il reviendra sur le site où d'autres vers

D'artistes aguerris aux douces frénésies

De l'imagination sous leurs frissons divers

Auront pris le sommet de la première page.

Et la ronde troublante aux constantes questions :

Si son écrit est bien, s'il a fait un naufrage

D'indifférence ou s'il eut des annotations,

Encerclera son cœur d'une folle inquiétude.

Mais en le retrouvant, c'est le soulagement !

Le texte a eu des mots empreints de gratitude.

S'écarquillent ses yeux d'un vif étonnement !…

Qu'il aime à rechercher les fines écritures,

Les dessous raffinés d'une jolie chanson,

La rime dénuée d'abjectes fioritures

Qui entacheraient son limpide diapason !

Comme ils secouent d'émois l'écrivain jeune esthète

Avide de valeurs, clamant la pureté

Qui abreuve sa plume en encre de poète,

Les lyriques écrits nés de la liberté !

 

 


22:21 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.