29/11/2004

Tourbillon du vide, désert de l'ennui

L'encre coule tel un sang moribond d'une rivière salie,

De l'écran, miroir inconscient de notre boulimie,

Vomissant les images d'un monde que nous façonnons,

Frissons d'effroi, d’érosion d’une débile raison.

 

Ces nourritures assassines, dans l'ombre de notre faim,

Guettent les proies faciles de notre genre immaculé humain.

Envahie par un sentiment d'impuissance,

La masse happée déferle telle une vague d'ignorance.

 

Devant ces artifices, tu te prosternes à genoux,

Face à un tel supplice, je crois devenir fou,

Mais contemple à jamais les paillettes illusoires

Qui te font perdre tête comme le ferait la Gloire…

 

 

Tourbillon du vide, désert de l'ennui,

Que fais-tu petit homme du sens de ta vie ?

 


21:22 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

rien parce que pour certain
il n'y ne a plus
pour la plupart il a disparu
perdu dans la nuit qui ne cesse de tomber...

Écrit par : marie@ | 29/11/2004

Les commentaires sont fermés.