27/11/2004

Que dire,...

Que dire,

 

...

 

Des souffrances de l'esprit

Quand elles frappent à l'aorte,

De la conscience punie

Dans la paix qui la porte.

 

Des problèmes extérieurs,

Qui comme des charognards,

Nous insufflent la peur

Puis nous plonge dans le noir.

 

Des remises en question

Quand elles se font attendre,

Tant est vaine la raison

Face à nos rêves tendres.

 

Et de ce mal profond

Qui ronge l'équilibre,

Entre c'qu'il y a de bon

Et ce qui nous enivre

 

Que dire,

 

sinon,

 

Ce besoin de crier

Que l'on ne peut rien dire,

Qu'innocents on est nés

Qu'on ne veut pas souffrir.

 

Cette envie de se perdre

Dans un cocon douillet,

Et de tous ces méandres

Se laisser purifier.

 

Ces souvenirs voraces

Qui sont un réconfort,

Quand la nuit fait une place

Dans nos coeurs aux remords.

 

Mais Quand une guerre fait rage

Et qu'elle saigne les âmes,

Elle avance et ravage

Il faut prendre les armes...

 

 


23:15 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Ce que raconte l'histoire n'est, en effet, que le long rêve, le songe sourd et confus de l'humanité... Chuttt, un peu de douceur dans ce monde où parfois je me demande si nous ne sommes pas que "jouets"... Imaginons un instant être télécommandés par des enfants... Un jouet s'use et l'on demande à obtenir le dernier sorti... Peut-être est-ce ainsi que l'on meurt... Cassés, brisés, usés, etc.... Les guerres ne sont que l'échiquier d'une humanité qui n'existerait peut-être que dans un monde parallèle, à peine frôlé par nos sens... L'existence même de la folie de notre Monde...

Écrit par : DouceSarah | 27/11/2004

ne prends pas les armes tsss arrete donc de te battre
quand tu cesseras enfin, quand enfin tu seras en paix avec toi, peut-etre le seras-tu avec les autres
douce sarah bien aigre !

Écrit par : imagine | 27/11/2004

Que dire... J'adore... autant la manière dont c'est dit que ce que "ça" dit...
Tu veux te battre ? Bats toi... Mais contre quoi ? ...
Bonne nuit

Écrit par : Val | 28/11/2004

Les commentaires sont fermés.