26/11/2004

De ces horizons

 

 

 

 

Je veux jeter l’ancre, prendre possession du feu de cette lumière

Laissant l’éternité de ces nuits immuablement amères

Pour séduire l’infini et lune fine

Fermes les yeux et tu devines… devines

Mon île déserte et ses plages divines

Matins arc-en-ciel de mon amour de soie

Eclairent ton sourire, caressent tes pas

Barrière de tes bras le protégera.

Mon cœur devient léger, léger et je songe

Jamais un regret ni remord ne nous ronge

Fermons les yeux, un instant de silence que l’on prolonge.

Que le temps qui passe ait ce tendre sourire, ton doux visage

Un trouble, au regard de l’étoile dans tes yeux, s’élève dans mon âme sage

Que mes soupirs ne me fassent faire naufrage…





18:07 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.