05/11/2004

Sur un rythm an blues

 

 


Le tempo est donné

Les corps glissent dans la danse,

Swingant dans le silence

Des lumières tamisées,

Les bouches sur les anches

Les instruments s'érigent.

 

Les notes des Jazz men

Résonnent dans l'atmosphère,

Enlacées par le chant

Des trompettes légères,

Vibrant sous les assauts

D’un saxophone ardent,

Ponctuées des râles graves

D’un violoncelle égrenant novembre

 

Les doigts au diapason

Des frottements de l'archet,

Modulent la fréquence

Du vibrato des cordes,

Des soupirs des corps.

 

Les Lèvres à l'embouchure

Des profondeurs de l'âme,

En remontent la source.

Se dévoile les blessures

La clarinette s’enflamme

Irise la boite de Jazz

Entraîne dans sa course l’harmonica

Au fond des hauts bois

 

 


13:15 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

c'est la première fois que je viens c'est la première fois que je viens que je viens sur ton blog il est impressionant .. j'y reviendrai ....

Écrit par : aramis-dingo | 05/11/2004

sensas il est sensas ton blogs .. moi c'est de l'ironie .. chez toi c'est une profonde reflexion .. permanente

Écrit par : Frans | 05/11/2004

quel beau blog... visite fructueuse en tout cas

Écrit par : Paul | 05/11/2004

. Merci pour ton passage et ton commentaire, d'ailleurs pour y repondre, je pencherais plutot pour l'idée que c'est l'intention qui caracterise l'homme en tant que tel, car un acte peut etre comis en inconscience totale, pour exemple sous l'effet de drogue ou d'alcool... Mais si on veut caracteriser l'homme pour ce qu'il est vraiment, on doit regarder ce qu'il veut

Écrit par : Jubei | 05/11/2004

Superbe texte Je reviendrai pour une lecture plus complète. A bientôt.

Écrit par : Ubu | 05/11/2004

Les commentaires sont fermés.