27/10/2004

Désir



De la naissance, de la courbe, de ton dos; à l'indéfinie sensualité de ton cou

Quel ténébreux chemin emprunte ma caresse dans sa recherche de maraude

Attisant les frissons d'un lourd désir, t’emmenant dans les délices qui rôdent

Et une chair qui invoque une extrême extase, la rendant prête à tout !

 

Dans l'archipel de nos amours, sur une vague de bonheur ;

La gourmandise de ta peau, l’étincelle de tes yeux, l’ocre de ton visage,

M’encouragent chaque crépuscule dans un lumineux pèlerinage

Pour concevoir, sans fin, les traverses inviolées de ton cœur.

 

Naviguant sans répit, entraîné par le ressac et par vagues de caresses

Je suis cet explorateur avide du galbe velouté de tes seins

Où les tétons fièrement dressés me montrent, coquins,

Une éternelle exigence, remplie de sensualité et de tendresse.

 

Nous gravissons, à l’unisson, dans le refuge de notre silence ;

Sans escale, le sommet, interdit, du plaisir

Et nous sentons en nous un torrent, de jouvence, rejaillir.

Celle que le poète appelle jouissance

... et dans la qu’elle nous prêtons allégeance.









18:39 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Un blog à rèves Que dire devant tant de beautés ?

Écrit par : Charles | 27/11/2004

Les commentaires sont fermés.