25/10/2004

Dans tes yeux, le regard de ce chat, avec toute son indépendance féline

 

 

Pitié, indomptable féline ! Mon cœur est ta proie.

Jette le dans le brasero de tes caresses pour qu’il n’ait plus froid

Ou arrache-le pour qu’il ne murmure plus ton nom dans ma poitrine

Pour qu’il ne dessine ton charme sauvage et tes yeux au feu ravageur, Ô féline !

Ruisselle sur mon corps comme des gouttes de sueur

Où coule sur mon visage telles les larmes de douleur

Soit pour le harem, mes amourettes d’antan, une sultane

Et danse au rythme ‘Oriental – Andalous’ de mes palpitations comme une gitane

Des mains, dessine des corps. Des pieds, dessine d’autres corps.

Et du corps, raconte des histoires sur la vie et sur la mort.

Un corps nu, comme les arbres en automne, couvert de pétales

Qui s’exhibe, délicieusement, malicieusement, au rugissement des rafales

Les seins fermes que cachent tes cheveux longs et le cou, finement dessiné, sous un châle

Et dans l’œil se mirent des étoiles frémissantes et une lune pâle.

Un corps embaumé du parfum mortuaire de la pré-naissance, cette ultime demeure – l’autre maison

L’odeur des arbres, des hommes et de la terre labourée à l’arrière saison !

Serait-ce le paradis, où je goûterai à tes délicieux fruits

Sempiternellement, et sans m’en lasser, jour et nuit ?

Serait-ce un enfer, qui prend racine au tréfonds de moi, et ses flammes me brûlent

Pour que mon corps se purifie, se pétrifie et devienne d’infimes particules ?

Il n’est plus d’enfer, ni de désir insatisfait

J’ai goûté aux enivrants vignobles, ton lait, tes lèvres arôme fraise, à ton chocolat et café…

Le paradis, Ô féline, est-ce une nuit dans ta forêt ou ta savane

Ou est-ce, Ô princesse du désert, dans ta litière, sur la « route ‘disparue’ des caravanes » ?

Pitié, indomptable féline, sois l’étreinte suffocante du tombeau ou le câlin du berceau

Recolle le puzzle de ma vie, ou fais-en d’atomiques morceaux!


Prométhée







21:33 Écrit par untel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

merci... bouleversée, par ces écrits, et toujours la musique aussi.

Écrit par : praemortem | 26/10/2004

salut, on a +ou- les mêmes goûts et ton blog m'est toujours si envoutant, je relis ce poème en boucle car il me touche réellement. Continue à être un tel génie de l'art. J'ai relooké mon blog, il est plus moi et j'ai compris ce qu'était artiste mais, stp si tu as encore quelques conseils à me donner fais-le, j'en ai besoin.
As-tu déjà lu du Zola et du Troyat, moi, j'adore.A bientôt j'espère.
Roswell

Écrit par : roswell | 31/01/2005

Les commentaires sont fermés.